Comment pensent les optimistes

femme optimiste
femme optimiste

Dans un milieu maussade comme le nôtre, il va falloir placer les spécimens rares que sont les optimistes sous verre. Cependant, ceux qui dévoilent l’espoir et l’enthousiasme font l’objet de moquerie par tout leur entourage. On relève particulièrement leur aspect naïf, « à côté de la plaque », avec une tournure d’esprit qui semble une grâce descendue du ciel.

Le psychosociologue professeur à l’ESCP Europe et auteur d’un Éloge de l’optimisme, Philippe Gabillier, se disait lui-même « égaré dans le monde désenchanté de l’entreprise où les gestionnaires et les esprits les plus réalistes l’emportent désormais en influence ». Les optimistes sont ceux qui se bougent et qui cherchent des raisons pour lutter dans un environnement qui se détériore. « C’est vraiment le propre de ces personnalités : ils fonctionnent essentiellement en mode potentiel, affirme-t-il. Dans n’importe quelle situation, ils voient d’abord ce qu’il est possible de faire. Un pessimiste, même très intelligent, se contentera de constater, éventuellement d’analyser. Mais il restera dans une posture passive, voire de victime ».

Faire le mieux possible, peu importe ce qui se passe

L’optimiste cherche à faire comme si (…) pour ne pas sombrer dans l’abandon. « Ils ont une confiance non négociable dans le pouvoir de leur volonté », interpelle Philippe Gabilliet. Faire le mieux possible, peu importe ce qui se passe.

L’administrateur du site de la Ligue des optimistes et créateur du manager-positif.com, Yves de Montbron, rappelle en exemple un père de famille qu’il a croisé quelques années plus tôt au port des Antilles. Ce dernier avait emmené sa famille réaliser un tour du monde en voilier après avoir été licencié. Il disait : « Ce patron que j’ai tellement haï il y a un an, si je le rencontrais aujourd’hui, je sauterais dans ses bras. Grâce à lui, j’ai réalisé un des rêves de ma vie. »

Martin Seligman, professeur à l’université de Pennsylvanie, a précisé le mode de pensée optimiste. Ceux qui adoptent une attitude mentale voient la dimension momentanée des évènements et disent qu’un régime ne marche pas lorsqu’on déjeune souvent au restaurant. Alors que les pessimistes en voient le caractère permanent et disent que cela ne sert à rien de suivre un régime.

Le caractère éphémère et précieux de la vie

La conscience de l’impermanence de tout est une véritable ressource fondatrice pour les optimistes paradoxaux comme Yves de Montbron. « Lorsque le niveau du moral baisse un peu, affirme-t-il, je me reconnecte à mon réseau d’amis, je pratique la gratitude et — notamment à la fin de ma journée — je note les trois ou quatre faits qui m’ont procuré de la satisfaction. »

Les optimistes sont très conscients du caractère éphémère et précieux de la vie et leur mission est de partager cette découverte.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.